Technique et savoir-faire

Nous réalisons tous nos abat-jours entièrement à la main, selon un savoir faire acquis depuis plus de 20 ans, grâce à Véronique Chevillotte, à l’époque référence incontestée en la matière. Auteur du grand livre des abat-jour, elle a dépoussiéré l’apprentissage de ce savoir, souvent gardé secret et transmis discrètement dans le secret des ateliers.

Passionnée, talentueuse et créative, Véronique a consacré tout son temps à la formation qu’elle a dispensé durant de nombreuses années.

Qu’il me soit ici donné l’occasion de remercier d’autres formatrices talentueuses: Dominique Ronne, seule et unique maître artisan d’art en qualité d’abat-jouriste, Joanna Heptinstall (GB) et Mary Maxwell (USA) pour leurs conseils précieux, leur patience et leur bonne humeur.

En France, l’abat-jour est malheureusement le parent pauvre de la décoration d’intérieur. Il n’est pas rare que de somptueux pieds de lampe soient pauvrement habillés! Dans les pays anglo-saxons en revanche, en Italie, les abat-jours sont considérés comme des objets de décoration à part entière.

A l’atelier, nous pratiquons plusieurs techniques, apprises dans divers ateliers en France. Nous avons mis au point deux outils: des pinces à linge adaptées et un outil de rembordement que nous avons dessiné et fait fabriquer. Nous avons fait fabriquer par un ferronnier d’art, une table d’abat-jouriste, à laquelle nous tenons vraiment!

Nous avons mis au point notre propre technique, notamment et surtout en matière de restauration de lampes anciennes qui nécessitent un savoir étendu et une connaissance particulière de l’histoire des lampes à travers les siècles.

Pour les abat-jour couture ou la restauration des abat-jours anciens, nous travaillons avec des fils de soie, des appliqués anciens, des perles anciennes et des franges que nous teintons si nécessaire. Enfin, nous restaurons les broderies au ruban, que nous avons la possibilité de restaurer.